Ce que vous avez manqué à la 7ème édition de la Conférence Nationale sur les Logiciels Libres en Tunisie [2/2]

open-source-conference-tunisie

C’est la deuxième partie d’un premier billet résumant ma participation à la conférence nationale sur les logiciels libres en Tunisie qui est organisée annuellement par le Ministère des Technologies de l’Information et de la Communication.

Dans cette deuxième partie, nous découvrerons:

  • Les projets open data de l’INS
  • L’intervention de M. Noomane FEHRI, député à l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) et ex-Directeur de l’innovation chez Atos Origin
  • L’intervention de M. Mohamed Saïd OUERGHI, président de l’APOS
  • Intervention de M. Fayçal BOUJEMAA, membre du groupe « Stratégie Technologie » chez le groupe France Telecom

L’Institut National de la Statistique (INS) est l’organisme central du système national de la statistique en Tunisie (cf. mission de l’INS). Il est producteur, entre autres, des comptes de la nation et des différents indicateurs économiques, sociales et démographiques du pays. Vous pouvez ainsi imaginer la complexité de l’environnement de travail aboutissant à ces résultats, mais surtout à l’importance des données récoltées, étudiées, analysées et produites.

Pour gérer ce grand flux d’informations, l’INS dispose d’un système d’information complet qui facilite la récolte de données depuis différentes sources (enquêtes, recensements, sources administratives et autres structures statistiques publiques) et leur publication dans le centre de documentation de l’institut et le site Internet public.

Mme. Mouna ZGOULLI, chargée de l’Informatique, de la Diffusion et de la Coordination a l’INS, a présenté lors de son intervention la spécificité de l’open data dans le contexte statistique. En effet, l’ouverture et la transparence ne doit pas se limiter à la publication de données, de chiffres et d’indicateurs, mais aussi à la méthodologie qui a permis d’aboutir à ces résultats.

La deuxième spécificité de l’open data pour les instituts de statistiques est la confidentialité des données individuelles (récoltées lors des enquêtes par exemple). Pour cela, ces données doivent être anonymisées avant d’être publiées. Plusieurs algorithmes d’anonymisation existent sur le marché et permettent d’accéder à des données réelles sans pouvoir déterminer l’identité des personnes concernées.

Mme ZGOULLI a résumé par la suite le cycle de vie de l’information à travers l’INS dans un schéma que je reprends dans ce qui suit sous formes de points:

  • Une information est systématiquement décrite par des métadonnées conformément aux standards du marché (dont elle a cité DDI et DCMI)
  • Les données de l’INS sont de deux types:
    • Données individuelles
    • Indicateurs statistiques agrégés
  • Les métadonnées sont publiées avec les données individuelles anonymisées
  • Les données individuelles sont agrégées sous forme d’indicateurs statistiques
  • Les données individuelles anonymisées et leurs métadonnées sont diffusées dans le centre d’accès aux données et dans la plateforme NADA hébergée par l’INS

A la fin de son intervention, Mme ZGOULLI a introduit le projet de « Data Portal » dont l’INS envisage la réalisation pour la construction d’un portail syndiquant les différentes ressources dont dispose l’institut. L’objectif étant d’offrir un accès simplifié aux données via une interface moderne et intégrée.

Je ne vais pas trop m’attarder sur l’intervention de M. Noômene FEHRI et je me contenterai de son appel à la communauté d’être demandeuse de données et de persévérer à le faire. Sans une demande continue, l’administration publique risque de déclasser ce sujet de sa pyramide de priorités.

Passons maintenant à la courte mais surprenante intervention de Dr. Mohamed Saïd OUERGHUI. Il a été introduit comme le président de l’Association des Porfessionnels en Open Source (APOS). Rappelons tout de même qu’il est enseignant-chercheur à l’Ecole Nationale des Sciences de l’Informatique (ENSI) et militant historique pour le libre en Tunisie.

Le speach de M. OUERGHUI était sous forme de constats (ou plutôt critiques) qu’il a souhaité simplement énumérer, parmi lesquels:

  • Le nombre réduit de DSIs présent dans la salle de conférence (pour lui, c’est le moteur principal de changement en matière d’adoption des principes de l’open data et de l’open source)
  • L’absence des SS2L et des communautés tunisiennes parmi les panélistes
  • La forme de la conférence annuelle qui reste quasi-identique aux éditions précédentes
  • Le faible impact de la conférence (qui est à sa 7ème édition et 8ème année) sur la politique nationale en termes de systèmes d’information et d’adoption des logiciels libres

Avant de passer à l’intervention suivante, je voudrai souligner la pertinence du deuxième point puisque c’est ce qui rendrait la simple conférence en un festival annuel des logiciels libres, et sans l’implication des jeunes appuyés par l’état et les entreprises, l’évènement aura un rayonnement limité (d’ailleurs, ces mêmes communautés organiseront le International Free Software Festival juste après quelques semaines et y inviteront Richard Stallman en personne).

Concernant les deux points qui suivent, et si je ne considère que ce que j’observe dans le cadre de mes activités chez ArchiveYourDocs®, je préfère être plutôt optimiste. D’ailleurs, d’excellentes nouvelles seront communiquées sur ce site d’ici peu sur ce même sujet.

Nous venons maintenant à la dernière intervention: celle de M. Fayçal BOUJEMAA, Responsable d’Etudes Stratégiques chez France Télécom. Durant sa courte allocution, il a présenté la force de l’open data, l’open source et le « crowd » ainsi que leur capacité à être une alternative aux modèles conventionnels. Il a cité plusieurs exemples dont:

M. BOUJEMAA a aussi fait un aperçu sur l’adoption du modèle open source par des métiers autre que le développement logiciel comme par exemple l’électronique et la mécanique.

Nous venons ainsi à la fin à cette série de deux articles et j’espère avoir pu vous mettre dans l’ambiance de l’évènement que vous auriez éventuellement manqué.

Si vous trouverez des #AfterEvent plus complets ou traitant d’autres facettes de l’évènement, n’hésitez pas à les mentionner dans les commentaires.

A très bientôt.

Les commentaires sont fermés.